Rechercher

LA PRISON OUVERTE

Inutile de hurler.

D’attendre une libérateur.

Un responsable des clés.

D’espérer ton jour de délivrance venant d’une personne ou d’une action extérieure.

La porte de ta cellule est ouverte.

D’ailleurs, cette prison n’existe pas vraiment.

Elle n’a jamais existé ailleurs que dans ta tête.

Quelle ironie tu ne trouves pas ?

Tu es libre et tu l’as toujours été.

Libre d’être.

Libre de dire.

Libre de faire.

Libre d'absolument tout.

Ta magie est là.

Ton enfer aussi.

C’est tellement plus difficile de quitter une cellule qui n’existe pas.

De fausser compagnie à un bourreau invisible.

Et puis un jour, tu vois. Enfin.

Tu vois un monde à ta pleine mesure.

Sans limites. Sans barrières. Sans barreaux. Sans contraintes.

L’impossible devient possible.

Les murs s’effondrent et ta seconde vie commence.

La première vie était en aveugle.

La seconde sera éveillée.


Alan Moore écrit :

Tu es dans une prison. Tu es née dedans. Tu vis dedans depuis tellement longtemps que tu ne crois même plus à l'existence du monde à l'extérieur.

(V pour vendetta)



La liberté demande d’avoir un regard différent, sans complaisance sur sa vie.

Choisir d’être accompagné est souvent un accélérateur pour sortir de sa cage.

Et cela commence par un choix.

Se choisir.

Soi.



Texte écrit par Olivier Lembert ©

N’hésitez pas à vous abonner à ma page Facebook ©

A liker

A partager





Posts récents

Voir tout