Rechercher

JUGER N'EST PAS JOUER

Je te juge.

Tu me blesses.

Il / Elle s'emballe.

Nous nous écharpons.

Vous vous déchirez.

Ils / Elles souffrent.


Conjuguer nos vies avec le jugement comme arme de destruction massive.

C'est souvent fatal à long terme.

La relation est minée et le théâtre d'opération devient militarisé.

Nous devenons de petits soldats préparés à en découdre.

Il faudra du fil et une aiguille pour réparer les coeurs blessés.


Comment éviter ça ?

Comment sortir de ça ?


Juger l'autre amène à se juger soi.

Nous ne pouvons voir en l'autre que ce que nous transportons en nous.

Nous pouvons passer énormément de temps à juger une attitude chez l'autre car souvent,

nous sommes nous même incapable de le modifier en nous.

Paradoxe.

Alors, nous préférons jouer à l'extérieur plutôt qu'à domicile.

Match tronqué.


De l'autre côté, nous accordons parfois un énorme pouvoir au juge qui nous assène le plus violent des jugements.

Personne n'a de pouvoir réel sur nos vies, nos trajectoires, nos choix sauf si nous accordons ce pouvoir.


Laurent Levy écrit :

Personne n'a le pouvoir de me juger et encore moins d'avoir un effet sur moi... sauf si je le veux.


Nous avons donc un extraordinaire pouvoir en Nous.

Celui d'accorder ou non de l'importance aux paroles qui arrivent à nous.

Si les ondes négatives sont présentes, nous pouvons simplement les regarder glisser sur nous comme une goutte d'eau sur une vitre.


Le jugement utilise une énergie très importante qui pourrait être utilisée pour bien d'autre chose.

Inutile de perdre l'une des précieuses 86400 secondes de notre journée.

Elles sont précieuses. Infiniment précieuses pour ne pas devoir inventer la Time Machine

pour récupérer l'irrécupérable.

Le temps.



Texte écrit par Olivier Lembert ©

N’hésitez pas à vous abonner à ma page Facebook ©

A liker

A partager





0 vue

Posts récents

Voir tout